Mélanie Bélanger permet d’éviter une fraude importante

SAINT-ÉTIENNE-DES-GRÈS. La Sûreté du Québec et le Comité de sécurité publique de la MRC de Maskinongé ont remis un certificat honorifique à Mélanie Bélanger, une résidente de Saint-Étienne-des-Grès, pour avoir permis d’éviter une fraude de 4 000$ envers une personne âgée de son entourage.

L’histoire remonte au mois d’octobre 2015 où Lucille Boisvert reçoit un premier appel d’un individu qui dit être son garçon François [son petit-fils de 16 ans s’appelle réellement François]. François serait en prison en Colombie-Britannique à la suite d’une arrestation pour avoir eu les capacités affaiblies par l’alcool et serait sur le point de comparaître à la Cour. Il demande 4 000$ comptant à Mme Boisvert afin d’être en mesure de sortir de prison rapidement et pouvoir revenir au Canada. De nombreux appels venant du même individu ont été logés avant que Mme Boisvert cède sous la pression et accepte la demande.

Elle venait de se faire avoir dans une affaire d’escroquerie. Mme Boisvert a donc considérer qu’il fallait rapidement procéder à l’envoi du montant d’argent demandé et a discuté de cette situation avec Mélanie Bélanger, une éducatrice pour enfants du secteur qu’elle va régulièrement aider dans les jours suivants.

«Elle venait juste de m’en parler et j’ai vu son petit-fils François passer dans la rue. J’ai immédiatement constaté qu’elle venait de se faire prendre. Mme Boisvert avait envoyé les sous quelques heures avant par la compagnie de transport Fed Ex et le colis avec l’argent comptant était en route vers Montréal. Le scénario avait été préparé par le fraudeur. J’ai immédiatement fait appel à la police», commente Mélanie Bélanger.

Les démarches pour récupérer le colis ont rapidement débuté. «Ce fut long et le transporteur ne voulait pas arrêter l’envoi du colis. J’ai haussé le ton et j’ai dû m’expliquer à plusieurs reprises. Une chance que le policier était avec moi pour prouver.» Elle venait de réussir à arrêter le colis à Montréal.

Mme Bélanger, accompagnée de son grand-père et de la victime ont immédiatement fait l’aller-retour afin de le récupérer. Ce colis était destiné à un appartement vide de la rue Sainte-Catherine à Montréal.

Une victime convaincue

Lucille Boisvert, âgée de 81 ans, croyait véritablement au stratagème organisé par le fraudeur puisque François la visite régulièrement.

«Ça faisait un petit bout qu’il n’était pas venu et j’étais certaine que c’était vrai. Habituellement, je ne réponds pas à ce genre d’appels. Ce n’est pas dans mon habitude, mais le suspect a vraiment réussi à m’avoir. Ce qu’il disait c’était vrai et je voulais bien faire pour mon petit-fils. Une chance que j’ai raconté l’histoire à Mélanie, sinon je venais de perdre 4 000$», soupire la victime de cette aventure.

À la suite de cette plainte reçue par les policiers, la Sûreté du Québec a déployé une stratégie afin d’épingler le suspect, mais ce dernier n’a pu être arrêté.

«L’idée, c’est de partager l’information et d’en parler. Ces histoires ne sont pas normales et on doit dénoncer. La dame a reçu plus d’une dizaine d’appels harassant et elle a finalement été prise dans ce piège. On souligne aujourd’hui le geste posé par Mme Bélanger pour éviter rapidement cette fraude», reconnait fièrement Luc Marineau, capitaine à la Sûreté du Québec du poste de la MRC de Maskinongé.

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon