RGMRM: «Il n’y a aucune crainte à avoir», dit René Goyette

SAINT-ÉTIENNE-DES-GRÈS. Le Règlement sur l’enfouissement et l’incinération de matières résiduelles (REIMR) oblige la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM) à avoir un appareil fonctionnel pour le contrôle radiologique des matières résiduelles, sans quoi elle opère en contravention avec la réglementation en vigueur.

Or, dans un document du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) dont TC Media a obtenu copie, nous apprenons que «le portail pour le contrôle radiologique des déchets entrants du lieu technique d’enfouissement (LET) de Saint-Étienne-des-Grès était non fonctionnel pendant une période de plus de cinq mois et que l’entrée des matières résiduelles s’est quand même poursuivie, et ce, en contravention avec la réglementation».

Les matières résiduelles admises à l’élimination dans un lieu d’enfouissement technique doivent, dès leur réception, être pesées et faire l’objet d’un contrôle radiologique au moyen d’appareils permettant de déceler la présence de matières radioactives. Ces appareils doivent être fixés à l’entrée du lieu, doivent être utilisés et entretenus de manière à fournir des données fiables, et faire l’objet d’un calibrage au moins une fois par année, selon le REIMR.

En raison de cette défectuosité, des matières radioactives auraient pu entrer illégalement sur le site. Toutefois, le président de la Régie assure qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

«La problématique est réglée depuis le printemps. Nous avions eu un problème avec une balance et les deux bornes qui permettent de détecter ces matières radioactives, mais tout ça est rentré dans l’ordre depuis longtemps. Le ministère est venu vérifier notre site et il n’y a aucune matière radioactive», révèle René Goyette.

Marc H. Plante au fait du dossier

Le député de Maskinongé et adjoint parlementaire du ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Marc H. Plante, s’est montré rassurant face à cette situation. Il confirme à TC Media que de nombreux avis d’infraction ont été envoyés à la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM) et que des vérifications ont été faites. «On le sait, ce n’était pas conforme. Des avis ont été envoyés et au printemps d’autres vérifications ont été faites. Il n’y avait aucune matière radioactive sur le site. L’appareil est de retour en fonction, mais le ministère fait quand même un suivi serré pour s’assurer que la RGMRM est conforme à tous les points de vue», confie-t-il.

La Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie confirme que l’appareil est maintenant fonctionnel et conforme aux normes en vigueur.